prostration


prostration

prostration [ prɔstrasjɔ̃ ] n. f.
• 1300 « prosternation »; lat. prostratio, de prostratus, p. p. de prosternere
1Relig. Attitude liturgique qui consiste à s'étendre entièrement sur le sol, face contre terre, après s'être agenouillé. prosternation.
2(1743) Méd. Abattement extrême, observé dans certaines maladies aiguës. adynamie, apathie. Tirer qqn de sa prostration. Tomber dans une prostration profonde.
Cour. État d'abattement, de faiblesse et d'inactivité. abattement, accablement. « La marquise y gagna une prostration maladive » (Radiguet).
⊗ CONTR. Surexcitation.

prostration nom féminin (latin ecclésiastique prostratio, du latin classique prostratum, de prosternere, étendre à terre) Littéraire État d'accablement profond qui se traduit par une absence complète de ressort, d'énergie. État d'effondrement, en parlant d'une activité économique. Attitude qui consiste à s'étendre sur le sol dans certaines cérémonies religieuses. État d'abattement physique et psychique provoqué par certaines maladies. ● prostration (synonymes) nom féminin (latin ecclésiastique prostratio, du latin classique prostratum, de prosternere, étendre à terre) Littéraire État d'accablement profond qui se traduit par une absence complète...
Synonymes :
- dépression
État d'abattement physique et psychique provoqué par certaines maladies.
Synonymes :

prostration
n. f. MED Affaiblissement extrême des forces musculaires qui accompagne certaines maladies aiguës.
|| Cour. Abattement profond.

⇒PROSTRATION, subst. fém.
A.— Vx. Synon. de prosternation. Se tournant vers le midi, les bras tantôt ouverts et tantôt croisés, ils faisaient des génuflexions et des prostrations (VOLNEY, Ruines, 1791, p. 81). Ces scènes atroces étaient vite suivies (...) de soupirs, de prostrations à ses pieds et de tous les appels du pardon (SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 2, 1834, p. 137).
LITURG. CATH. Action de s'étendre complètement sur le sol, face contre terre, au cours de certaines cérémonies (ordination aux ordres majeurs, sacre des évêques notamment). (Dict. XIXe et XXe s.).
B.— 1. PATHOL. État d'abattement extrême, physique et psychique, se traduisant par l'immobilité et une absence de réaction aux sollicitations extérieures. Synon. adynamie. La prostration totale d'un épileptique après l'accès (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 375). Les signes généraux [du lupus érythémateux] sont constants, avec température élevée, anémie, céphalée, asthénie, prostration (RAVAULT, VIGNON, Rhumatol., 1956, p. 561).
PATHOL. ANIM. Parfois, l'animal succombe en quelques minutes [après une inoculation de toxines]; le plus souvent, ces accidents primitifs s'atténuent; on constate de la prostration, de l'accélération de la respiration (NOCARD, LECLAINCHE, Mal. microb. animaux, 1896, p. 259).
2. P. anal.
a) Vieilli. État de grand affaiblissement d'une faculté physique ou morale. Prostration morale, nerveuse. Elle jeta sur son mari de craintifs regards qui annonçaient une prostration complète de ses forces écrasées par une tyrannie morale et physique (BALZAC, Goriot, 1835, p. 297). V. affadissement ex. 8 :
1. Voilà ma vie en raccourci : une alternative d'élans et de défaillances, d'emportements d'imagination et de prostrations d'âme, de rêves fous à force d'ardeur, et de refroidissements désolants.
M. DE GUÉRIN, Corresp., 1834, p. 159.
b) Absol. État de très grand abattement physique et moral, se traduisant par l'inactivité, l'immobilité dans une attitude de repli sur soi. Synon. abattement, accablement, dépression. Tomber, plonger dans la prostration; être frappé de prostration; tirer qqn de sa prostration; moment de prostration. Il était allongé sur son divan, dans un état de prostration crispée qui suit la journée d'un ouvrier de la pensée (GONCOURT, Journal, 1876, p. 1159) :
2. ... une heure de séparation suffisait à me jeter dans un état de prostration indescriptible, dans un anéantissement où mon désir et mon attente semblaient seuls me survivre.
MILOSZ, Amour. init., 1910, p. 213.
Prononc. et Orth. :[]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. Ca 1300 « prosternement » (RICHIER, Vie de S. Rémi, éd. Bolderston, 1567 ds Fonds BARBIER); 2. 1743 méd. « affaiblissement extrême » (Mém. de l'Académie de chirurgie, 1, 219 d'apr. FEW t. 9, p. 468b); 3. 1826 « apathie » (BALZAC, Physiol. mar., p. 122 : vous dompterez sous une prostration invincible la volonté de votre femme). Empr. au lat. chrét. prostratio (dér. de prostratum, supin du verbe prosternere, v. prosterner) « action de coucher, d'étendre »; « action de renverser » d'où « ruine, anéantissement » (BLAISE Lat. chrét.). Fréq. abs. littér. :145.

prostration [pʀɔstʀɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1300, « prosternation », repris en méd., 1743; lat. prostratio, dér. de prostratus, p. p. de prosternere. → Prosterner.
1 Relig. Attitude liturgique qui consiste à s'étendre entièrement sur le sol, face contre terre, après s'être agenouillé. Prosternation.
2 Méd. Abattement extrême, observé dans certaines maladies aiguës. Adynamie, apathie.
3 (XIXe). Cour. État d'abattement, de faiblesse et d'inactivité. Abattement, accablement, anéantissement, léthargie (fig.). || Prostration dans les états de dépression, d'épuisement (→ Loyer, cit. 9). || Tirer qqn de sa prostration (→ Coup, cit. 28).Fig. || « Une prostration du désir, une tristesse vague… » (→ Affadissement, cit. 2, Goncourt).
1 Son désespoir s'accrut du fait que le mort-né était un garçon. La marquise y gagna une prostration maladive, qui fit d'elle une créole des images, passant sa vie sur une chaise longue.
R. Radiguet, le Bal du comte d'Orgel, p. 20.
2 Enfin, le malheureux, affaibli par les mauvais traitements, tomba dans une prostration profonde qui ne lui permit plus ni de voir, ni d'entendre. Aussi, à partir de ce moment, c'est-à-dire depuis deux jours, il ne pouvait même dire ce qui s'était passé.
J. Verne, l'Île mystérieuse, t. II, p. 753 (1874).
CONTR. Exultation, surexcitation.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • prostration — Prostration …   Thresor de la langue françoyse

  • Prostration — is the placement of the body in a reverentially or submissively prone position. Major world religions employ prostration either as an act of submissiveness to God or gods, or as a means of embodying reverence for a noble person, persons or… …   Wikipedia

  • Prostration — Pros*tra tion, n. [L. prostratio: cf. F. prostration.] 1. The act of prostrating, throwing down, or laying fiat; as, the prostration of the body. [1913 Webster] 2. The act of falling down, or of bowing in humility or adoration; primarily, the act …   The Collaborative International Dictionary of English

  • prostration — I noun abasement, bow, breakdown, cataclysm, collapse, consumption, debility, decay, decrepitude, defeat, dejection, demolition, depression, desolation, despair, despondency, destruction, distress, downfall, downthrow, enervation, exhaustion,… …   Law dictionary

  • prostration — (n.) c.1400, action of prostrating oneself, from PROSTRATE (Cf. prostrate) + ION (Cf. ion). Meaning weakness, exhaustion, dejection is from 1650s …   Etymology dictionary

  • prostration — [präs trā′shən] n. [LL prostratio] 1. a prostrating or being prostrated 2. utter physical or mental exhaustion or helplessness …   English World dictionary

  • Prostration — Pour les articles homonymes, voir Prostration (homonymie). En médecine, la prostration est un état de faiblesse et de fatigue extrêmes qui se manifeste par l effondrement des fonctions musculaires du patient et par son immobilité. La prostration… …   Wikipédia en Français

  • prostration — /pro stray sheuhn/, n. 1. the act of prostrating. 2. the state of being prostrated. 3. extreme mental or emotional depression or dejection: nervous prostration. 4. extreme physical weakness or exhaustion: heat prostration. [1520 30; < LL… …   Universalium

  • PROSTRATION — s. f. Il signifie la même chose que Prosternation. Voyez ce mot. PROSTRATION, en termes de Médecine, Affaiblissement extrême, abattement. Cet accès fut suivi d une grande prostration de forces …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Prostration — ◆ Pro|stra|ti|on auch: Prost|ra|ti|on 〈f. 20〉 1. 〈geh.〉 Kniefall 2. 〈Med.〉 Erschöpfung [<lat. prostratio „das Niederwerfen“; <pro „für“ + stratus, Part. Perf. von sternere „hinbreiten, hinstreuen“] ◆ Die Buchstabenfolge pro|st... kann in… …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.